VISAS

Aucun souci particulier pour se rendre en Argentine. Il suffit d’être muni d’un passeport en cours de validité, la plupart des pays francophones (France, Belgique, Suisse et Canada) n’ayant pas besoin de visa.
Un visa de 3 mois vous est délivré à l’arrivée à l’aéroport avec votre seul passeport. Un délai de 3 mois supplémentaires peut être accordé en se rendant avec votre passeport au siège de la police fédérale de la ville où vous vous trouvez. Il suffit alors de remplir des formulaires et de payer une somme modique. La solution peut être aussi de quitter le territoire pour avoir accès à un nouveau visa de 3 mois. Mais la durée de séjour ne devra jamais excéder 6 mois dans l’année.
Une carte d’immigration comportant votre date d’entrée est délivrée à l’arrivée à l’aéroport. Attention de ne pas la perdre, elle est demandée à la sortie.

SAISONS

De par son étendue du 22ème au 56ème degré de latitude Sud et son altitude, l’Argentine nous offre une palette de climats extrêmement variée. Le territoire argentin est situé dans l’hémisphère austral, les saisons sont donc inversées par rapport à l’Europe.
Les saisons sont échelonnées de la manière suivante : c’est le printemps de la fin septembre à la fin décembre, l’été jusqu’à la fin mars, l’automne jusqu’à la fin juin et l’hiver s’étend de fin juin à fin septembre. La grande variété de climats et de régions permet de visiter l’Argentine tout au long de l’année. Il est cependant important de vérifier la saison qui permettra de rendre le plus agréable votre séjour en fonction des régions que vous souhaitez découvrir.

Buenos Aires et la région centrale jouissent d’un climat modéré mais parfois humide et les températures sont agréables tout au long de l’année. Les mois de janvier et février sont cependant les plus chauds et les plus humides.

En Mésopotamie (région des chutes d’Iguazu), les pluies sont fréquentes, particulièrement de décembre à mars. C’est aussi le moment de l’année où il fait le plus chaud même si les températures restent inférieures a celles de la plupart des pays chauds. Il faut préférer la saison d’automne (mars à mai) et d’hiver (juillet à août) pour s’y rendre.

Dans le Nord-Ouest, il peut faire très chaud en été avec des températures allant jusqu’à 40 degrés. C’est également à partir de mars qu’il est également le plus propice de voyager dans cette région.

Le Cuyo (région de Mendoza) bénéficie d’un climat sec et tempéré, idéal pour l’activité vinicole.

La Patagonie présente une grande variété climatique. Là-bas, ce n’est pas la chaleur qui est à craindre…Ce qui caractérise surtout la Patagonie ce sont les changements extrêmement fréquents du climat et l’influence des vents. Les paysages tourmentés et de nombreux arbres à l’échine courbée en sont là pour témoigner.

La période idéale pour s’y rendre est donc l’été (octobre à mars).

Néanmoins si vous souhaitez profiter de votre séjour en Argentine pour aller skier dans la région des lacs (Bariloche), il faudra vous y rendre de juillet à septembre. C’est d’ailleurs quasiment à la même période que s’observent les baleines de la Péninsule Valdés.

SANTÉ

Soins et prévention

Vaccins: Nous vous recommandons fortement la vaccination DT/polio, celle contre la typhoïde ainsi que les vaccins hépatites A & B surtout si vous n’êtes pas à jour de vos différents rappels. La vaccination pour la fièvre est obligatoire pour rentrer au Brésil.

Risques sanitaires : Il n’y a pas lieu de prendre des précautions sanitaires particulières en Argentine en dehors des règles d’hygiène traditionnelles. L’eau est potable presque partout mais les estomacs les plus fragiles consommeront de préférence de l’eau en bouteille ou bouillie.

Les soins prodigués en Argentine sont plutôt de bonne qualité dans les villes. Les pharmacies sont très nombreuses et délivrent des médicaments prescrits sur ordonnance en Europe. Si vous suivez un traitement, essayez de connaître le nom générique de vos médicaments afin de pouvoir retrouver sur place la même molécule.
Note : nous vous conseillons de consulter votre médecin avant votre départ pour un séjour en altitude.

Mal des montagnes :

Durant votre séjour en Argentine vous serez certainement amené(e) à passer quelques heures ou quelques jours en altitude (au-delà de 2.500 mètres). Ces informations vous sont destinées.
Origine du mal aigu des montagnes
En altitude, la pression atmosphérique diminue : il y a moins d’oxygène disponible pour l’organisme. La quantité d’oxygène disponible à 3000 mètres correspond aux deux tiers de celle disponible au niveau de la mer. A 5.000 mètres, elle est de moitié inférieure. L’organisme réagit à ce manque d’oxygène (ou hypoxie) de deux façons.
Quels sont les symptômes ?
La réaction à l’altitude est propre à chaque individu. La plupart du temps, le MAM est bénin et se traduit par divers troubles qui surviennent séparément ou associés à d’autres, et ce dès les premières heures du séjour en altitude : maux de tête, sensation de fatigue et somnolence, essoufflement, troubles du sommeil, vertiges et troubles de l’équilibre, perte d’appétit et troubles digestifs, nausées, irritabilité, diminution du volume des urines.

Ces symptômes, fréquents et normaux, disparaissent généralement d’eux-mêmes (ou du moins s’atténuent grandement) après quelques heures en altitude et en ayant recours à des antalgiques (aspirine ou paracétamol).
Dans certains cas, on peut voir apparaître des complications graves : l’œdème pulmonaire (toux, crachats, lèvres bleues, insuffisance respiratoire) ou l’œdème cérébral (maux de tête intenses non soulagés par l’aspirine, vomissements, troubles de la vue, parfois troubles psychiatriques).
Il s’agit alors d’une forme extrême du MAM, et il faut immédiatement réagir :
• en faisant descendre à l’altitude la plus basse et sans délai la personne qui souffre,
• en consultant impérativement un médecin spécialisé.

Sur place, acclimatation indispensable :
Pour atténuer les effets du MAM, et limiter les risques d’aggravation, des règles sont à respecter.
• Monter progressivement
On conseille, au-delà de 3.500 mètres, de ne pas monter de plus de 700 mètres d’une nuit à l’autre. Par exemple, en partant de 3.500 mètres, on pourra très bien escalader un col à 4.500 mètres (+1.000 m) à la condition de dormir plus bas, par exemple à 4.000 mètres, la différence d’altitude de ce bivouac par rapport au précédent n’étant alors que de 500 mètres. Tous nos programmes de trekking et andinisme sont conçus pour respecter cette progressivité.

• Toujours bien s’hydrater
Pour éviter la déshydratation (favorisée par la combinaison altitude + soleil + effort), il est primordial de boire beaucoup (3 à 4 litres chaque jour).

• Toujours bien s’alimenter
Durant le séjour, et particulièrement lors d’un trek ou d’une ascension : manger équilibré (les végétariens peuvent être carencés en fer, ce qui freine la production de globules rouges) et se ravitailler régulièrement durant la journée.

Contre-indications
Le séjour en altitude, et particulièrement la pratique d’activités sportives (trekking, andinisme …) en altitude est fortement contre-indiqué pour les personnes souffrant :
• d’insuffisance vasculaire,
• d’insuffisance respiratoire chronique,
• d’épilepsie,
• de maladies nécessitant des injections répétées (par exemple diabète insulino – dépendant),
• de maladies cardiaques non stabilisées,
• de certaines maladies sanguines.

Il est également contre-indiqué pour les personnes ayant subi une intervention neurochirurgicale, ou pour les personnes ayant souffert, lors d’un précédent séjour en altitude, d’un œdème cérébral ou pulmonaire.
Les séjours en altitude sont également déconseillés aux femmes enceintes et aux nourrissons (moins de 18 mois).

LA DESTI EN MOTS CLES

Terre d’aventures aux paysages exceptionnels et variés, l’Argentine vous réserve une découverte hors du commun avec son merveilleux spectacle naturel.

Depuis les chaleurs tropicales du nord jusqu’au froid glacial de l’Antarctique, en traversant des déserts rocailleux et des plaines fertiles ou encore des montagnes enneigées, vous aurez tout le loisir d’explorer un continent aux multiples facettes. Tango, gauchos, Pampa, Patagonie, Terre de Feu, Ushuaia, Maradona, Eva Perón, Fangio, Borges… tant de mots et de noms évocateurs de l’Argentine qui nous laissent déjà un avant-goût de magie et d’aventure.

De la cordillère des Andes aux chutes d’Iguazú, tout en Argentine présente une dimension théâtrale. Des premiers explorateurs aux touristes modernes, en passant par les aventuriers, tous ont fait sur cette terre du bout du monde l’ultime voyage… celui de la confrontation avec la terre et l’esprit de l’Amérique latine. Pas étonnant que le tango y soit né !